Quels sont les axes programmatiques ?​

La liste Démocratie EcoLogique porte la voix des aspirations citoyennes articulées autour de quatre axes :

1. UNE DÉMOCRATIE REVIVIFIÉE
Quels que soient les résultats de l’élection, nous tiendrons une promesse : celle de constituer une Assemblée Régionale Citoyenne (ARC) formée par l’ensemble des colistiers, ainsi que par les nombreuses personnes qui ont déjà manifesté leur intérêt pour y participer. David PROST, coordinateur national du « Vrai Débat » est un soutien actif de notre projet pour garantir son authenticité dans la durée. 

Les missions de l’ARC sont les suivantes : Concevoir et proposer aux élus régionaux qui auront souhaité s’engager auprès de l’ARC, notamment les élus Démocratie EcoLogique, des orientations pour les politiques publiques régionales ; aider à la mise en œuvre des dispositifs régionaux qui en découlent, notamment dans la promotion et l’incitation auprès de porteurs de projet potentiels ; contrôler et évaluer l’action des élus régionaux engagés dans la démarche participative de l’ARC.

2. UNE ALIMENTATION DE QUALITÉ POUR TOUS
Les candidats Démocratie EcoLogique s’engagent pour une alimentation bonne, saine et juste pour tous. La malbouffe, et ses conséquences sur la santé, affectent en premier les plus vulnérables de la population. L’agriculture biologique doit être développée et devenir accessible à l‘ensemble des habitants à travers la construction de nouveaux réseaux économiques territoriaux.

L’alimentation est l’affaire de tous. Les produits ultra-transformés de la grande industrie agro-alimentaire se font désirer à coup de pub. À nous de faire désirer une alimentation plus simple et plus riche en nutriments qui développe l’économie locale et résout la précarité alimentaire. À chaque étape, la Région Centre Val de Loire est en capacité de répondre au défi de la démocratie alimentaire à travers des élus engagés.

3. UNE POLITIQUE DE SANTÉ FONDÉE SUR LA PRÉVENTION ET LA PROXIMITÉ
La pandémie de COVID19 a mis en lumière, si c’était encore nécessaire, à la fois la fragilité des équipements et l’état de santé de la population. Les candidats Démocratie EcoLogique s’engagent pour un système de santé plus accessible, plus efficace et plus humain. Qui est exposé le plus directement aux effets nocifs des produits chimiques et des perturbateurs endocriniens dans l’alimentation, la construction, les produits d’entretien… ? Celles et ceux qui ont les revenus les plus modestes et qui paient de leur santé à long terme la mise sur le marché de produits de grande consommation.

La prévention santé sera la priorité de nos politiques publiques. Elle se traduit dans le secteur de l’agriculture et de l’alimentation, dans le secteur économique, dans la formation professionnelle. Nous combattrons les déserts médicaux, l’isolement des personnes porteuses de handicap visible et invisible et la dépendance vis-à-vis de la grande industrie
pharmaceutique.

4. UN DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE LOCAL AU SERVICE DU LIEN SOCIAL ET DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE
Les candidats Démocratie EcoLogique s’engagent pour le travail et l’entraide à travers des projets « Territoire zéro chômeur de longue durée » et la création d’Entreprises à But d’Emploi, ainsi que pour l’instauration d’un Revenu de Transition Écologique. Dans tous les cas, ce sont des démarches qui intègrent l’ensemble des acteurs publics et privés de l’économie d’un territoire, à la fois dans le financement de la mesure et dans la coordination en bonne intelligence collective des activités économiques au service des habitants.

La mobilité pour tous est une question au carrefour de la démocratie, l’environnement et l’économie. Non seulement la mobilité fondée sur le véhicule personnel n’est pas soutenable, mais l’industrie automobile pratique l’obsolescence programmée pour des produits de plus en plus chers. Or le véhicule personnel est, à ce jour, souvent la seule solution, notamment en zone rurale. C’est une véritable révolution en matière de mobilité que la Région va devoir mener avec les EPCI concernées, pour plus de mobilité douce, plus de transports collectifs et plus de solutions collaboratives.