Démocratie ÉcoLogique soutient la FNAB
(Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique)

La Bio pour tous est un objectif de santé publique et environnementale qui relève de la démocratie alimentaire. La qualité nutritionnelle de notre alimentation ne doit pas dépendre du niveau de revenus. L’égal accès à une alimentation riche en nutriments, sans produits de synthèse dont les effets sont méconnus à long terme, est un combat qui concerne tous les citoyens. 

Nous soutenons la FNAB dans son combat contre les lobbies de la grande industrie agro-alimentaire et des chaînes mondiales de restauration rapide qui dictent des méthodes de production insoutenables aux agriculteurs. 

La décision du gouvernement en mai 2021 de ne plus reconnaître les services environnementaux de la Bio nous laisse sans voix. Cette décision doit être rapprochée de celle du même gouvernement de reporter l’interdiction du glyphosate et de celle, structurelle et grave, de retirer de la responsabilité des Régions au profit de l’Etat la gestion des fonds européens pour la conversion et le maintien de l’Agriculture Biologique à partir de 2022.

Nous soutiendrons le combat des Groupements des Agriculteurs Biologiques auprès de l’Etat et nous compenserons, malgré les compétences régionales amoindries par la volonté du gouvernement, l’absence de volonté politique pour la Bio au niveau national. 

Petit lexique : 
HVE = Haute Valeur Environnementale
1. HVE est une certification environnementale qui s’adresse aux exploitants agricoles. Il y a trois niveaux. 
2. Les niveaux 1 et 2 ne peuvent prétendre s’appeler HVE. Seul le niveau 3 est considéré comme estampillé HVE.
3. Les niveaux 1 et 2 ne concernent que des démarches de mesure, il n’y a aucune exigence concernant l’évolution des pratiques.
4. Le niveau 3 demande d’avoir un plan d’action pour l’amélioration de l’impact environnemental, mais seuls les moyens mis en oeuvre sont contrôlés. L’abandon des pesticides et des engrais issus du pétrole n’est pas obligatoire. 

AB = Agriculture Biologique
1. Il s’agit d’un mode de production différent de celui qui garde ou diminue l’utilisation de pesticides et d’engrais provenant du pétrole (pollutions au nitrate des nappes phréatiques). Non seulement parce qu’il n’y a plus de pesticides ni d’engrais de synthèse, mais aussi parce que la recherche de productivité et de rentabilité est conditionné au respect de l’éco-système et du vivant en général, à toutes les étapes de la production. 
2. La polyculture élevage est privilégiée par rapport à la monoculture. 
3. L’agriculture Bio permet des exploitations paysannes, à taille humaine, elle est six fois plus riche en emploi que l’agriculture conventionnelle.
4. L’AB est contrôlée non seulement par rapport aux moyens mis en oeuvre, mais aussi par rapport à ses résultats. 

Pourquoi ce petit lexique ? Parce que le gouvernement, aidé par des institutions favorables à l’agriculture et à l’élevage intensif, souhaite favoriser la certification HVE de niveau 2 au détriment de la conversion Bio. 

L’enjeu est de taille. Il relève de la compétence régionale, de l’engagement des élus régionaux et de la participation de l’Assemblée Régionale Citoyenne à l’action publique.